Réaliser une campagne règles d’or HSE est une pratique courante qui renforce le développement d’une culture sécurité. Beaucoup d’entreprises lancent des campagnes appelées « les non négociables », « safety rules », « les incontournables de la prévention »… Elles déclinent généralement ces campagnes sur une ou plusieurs années.

Les campagnes règles d’or HSE réussies permettent d’ancrer des messages forts et de fédérer les collaborateurs autour des incontournables d’une entreprise en matière de sécurité. Ces campagnes sont donc une excellente initiative. Mais attention ! Leur efficacité peut être très variable. Nous attirons votre attention sur quelques pièges à éviter pour améliorer l’impact de ces actions.

Une histoire de vocabulaire

 De nombreux préventeurs ont bien senti que le mot « règles » n’est pas toujours bien perçu par les salariés et cela, même quand on y ajoute « d’or ». Les règles d’or peuvent, par ailleurs, intégrer le savoir-faire ; alors, pour se différencier, on trouve « les règles qui sauvent ». Toutefois, si le terme porte, à votre avis, une connotation trop négative ou directive, vous pourrez les nommer, par exemple, « les incontournables » ou « les essentiels » ou encore « les fondamentaux ».

Piège n°1 : écrire des règles d’or en mode top / down

Il ne faut pas oublier que tout le concept des règles d’or est de communiquer sur une liste d’obligations et d’interdictions, c’est-à-dire a priori un projet peu intéressant pour celui qui le reçoit. Afin d’éviter cette sensation qui peut amoindrir l’impact de votre campagne, nous vous conseillons d’impliquer vos salariés dès l’origine.
Les faire travailler en petits groupes pour réfléchir et proposer des règles d’or. Vous allez ainsi générer leur adhésion et leur intérêt. Vous pouvez même lancer un challenge règles d’or qui permettra de faire rayonner la sécurité tout en créant un socle commun en prévention.
Les managers peuvent également être impliqués dans la démarche par l’animation ou la co-animation des sessions de réflexion sur le thème des « incontournables » en prévention. Une campagne réussie est une campagne bottom-up et non top-down, en partant du terrain pour construire la campagne sécurité.

Piège n°2 : réaliser une campagne règles d’or descendante

Une campagne règles d’or HSE est une extraordinaire opportunité pour faire réfléchir vos salariés, leur faire prendre du recul sur leurs pratiques et sur l’intégration de la prévention. Cependant, si la campagne est imaginée avec des outils de communication strictement descendants (affiches, vidéos, flyers, e-mailings, etc.), la prise de conscience sera faible. Malheureusement, dans la plupart des cas, la campagne est visible sur les murs, sur les télés, les messages sont passés mais les collaborateurs n’ont pas d’actions ni d’échanges autour de la campagne.

Mettez-vous quelques minutes à leur place. Ils reçoivent une liste de règles et d’obligations  sur la prévention du site. Or, ils ont le sentiment de suivre la plupart de ces consignes et d’avoir déjà beaucoup de contraintes. En clair, ils se disent « Tout cela, on le sait déjà, on le fait déjà pas mal. » Si vous ne générez pas un temps d’analyse sur la règle, comme celle des EPI, par exemple, le salarié ne va pas se poser la question de l’EPI qu’il ne porte pas toujours et dans quelle situation.

Nous conseillons donc de concevoir une campagne en deux temps :

–         une campagne de communication pour informer les salariés sur les règles d’or ;

–         une animation managériale pour faire réfléchir et prendre du recul sur chacune des règles d’or, à l’occasion, par exemple, des ¼ h sécurité.

Cette méthode, basée sur des techniques d’échange, garantit une bonne compréhension et surtout une bonne appropriation des nouvelles règles d’or. C’est la clef de l’adhésion des collaborateurs. S’approprier une règle, c’est la transposer dans sa réalité et analyser qui elle concerne, de quelle manière et sur quels points il faut porter son attention.

Article règles d'or

Ainsi, la campagne devient efficace. Le salarié transpose ce qu’il considérait comme un rappel d’évidences en une série de sujets en lien avec son activité. En s’inscrivant dans le temps, cette campagne aura un réel impact sur la sensibilisation des salariés et permettra aussi de faire progresser les managers.

Pour réussir un tel projet, les ingrédients suivants doivent être réunis :

  • poser un cadre clair de déploiement avec des outils collaboratifs et un calendrier ;
  • former les managers pour qu’ils sachent faire parler et faire réfléchir, et pas seulement informer ;
  • tracer et accompagner le déploiement avec un suivi de la hiérarchie N+2 et plus.

Piège n°3 : sélectionner trop de règles ou trop de texte

Nous voyons parfois des campagnes règles d’or HSE avec un texte très long, contenant plus de 12 règles et parfois des phrases trop techniques. Ces campagnes ne donnent pas envie aux salariés de s’intéresser à la prévention. Elles ne facilitent pas non plus la mémorisation des « incontournables ».

Nous vous conseillons de vous concentrer sur 10 règles d’or au maximum, simples, concrètes et faciles à mémoriser. Chaque règle sera associée à un élément visuel, utilisé de façon récurrente pour aborder le sujet.

Le contenu rédactionnel de la règle reste simple. Le travail détaillé sera réalisé lors de l’exercice avec son manager.

Le lancement des règles d’or

Marquer les esprits avec un événement

Organisez un événement pour lancer les règles d’or. Profitez notamment de la journée sécurité, d’une réunion annuelle, pour mettre en place cette action. Cela assure un lancement réussi, marquant et original pour votre campagne.

Cet événement affiche ainsi l’engagement de l’entreprise et celle des dirigeants pour la sécurité.

Les objectifs

 En premier lieu, vous allez donner plus de visibilité à ce projet. Dès le lancement, faites-le porter par vos managers. Cela permet d’annoncer officiellement la démarche, le cadre, la durée. Cela donne aussi plus de perspectives à une campagne qui s’inscrit dans une stratégie structurée. Votre direction porte ce message qui devient le sien.

En second lieu, cela vous permet de marquer les esprits de façon positive. En associant le lancement à un moment agréable (atelier créatif, sketch de théâtre, etc.), les salariés seront plus enclins à participer aux animations managériales sur ce thème tout au long de l’année.

LE POINT DE VUE D’UNE SOCIÉTÉ

« VINCI ENERGIE ET SES REGLES D’OR « 

« Pour atteindre nos objectifs 2018, nous souhaitions mettre en place des « règles d’or » au sein de notre société. Nous avons pris le parti de faire participer nos collaborateurs. En effet, nous considérons que l’adhésion de l’ensemble du personnel est plus efficace s’ils sont directement impliqués. Lors d’une matinée sécurité, nous avons donc fait travailler l’ensemble de nos salariés sur les « règles d’or » de l’entreprise. Nous avons constitué des groupes comprenant personnel de bureau et personnel terrain. Cela a été aussi l’occasion, pour eux, de faire connaissance, d’échanger sur leurs problématiques de travail… un vrai moment de partage.
Nous avons ainsi pu comparer les « règles d’or » que nous avions en tête et celles proposées par les salariés qui, étant sur le terrain, font face aux risques au quotidien.

Le choix de faire participer les collaborateurs fait aussi partie de notre politique de cohésion de groupe. Certaines décisions sont prises de façon collégiale  et pas seulement par la direction.

Nous avons souhaité faire intervenir Graphito sur ce sujet ; il nous a semblé qu’une société extérieure à l’entreprise, complètement neutre, serait mieux à même d’échanger avec nos collaborateurs sur les risques liés à leur travail. Effectivement, les salariés ont pu avoir une parole plus libre.

Lors de la présentation officielle des « règles d’or » de notre société, grâce à l’implication de nos collaborateurs dans le processus de création, ces derniers ont tout de suite accepté ces règles, sans aucun débat. »

Adriana DI CIOCCIO, animatrice prévention chez SEDD, société du groupe Vinci Energies.

Adriana DI CIOCCIO, animatrice prévention chez SEDD, société du groupe Vinci Energies.