//Quels sont les 3 pièges les plus récurrents pour une journée sécurité ?

Quels sont les 3 pièges les plus récurrents pour une journée sécurité ?

Graphito Prévention organise chaque année 200 journées sécurité réunissant entre 20 et 700 salariés. La journée sécurité est un événement HSE très puissant qui permet de faire briller la prévention dans l’entreprise et génère une prise de conscience forte des salariés.

Mais pour atteindre ces objectifs, il y a plusieurs pièges à éviter. Nous partageons aujourd’hui avec vous les 3 plus grands pièges de la journée sécurité.

Piège n°1 : une plénière qui endort le public

Très souvent, les journées sécurité débutent par une plénière. Ce moment est très important pour donner le ton de la journée et impliquer de façon positive la direction.

Mais attention ! De nombreux préventeurs organisent des plénières de plus de 1h30. Or au-delà de 45mn, les salariés décrochent et ne sont plus attentifs : arrive alors le « syndrome smartphone » ou le « syndrome papotage ». Cela arrive d’autant plus lorsque le public est une population de terrain, peu habituée aux longues réunions ou conférences professionnelles.

Piège n °2 : une journée déséquilibrée

Une bonne journée sécurité est, selon nous, une journée sécurité qui trouve l’équilibre juste entre :

–       l’attractivité : les collaborateurs prennent du plaisir, s’amusent, garderont un bon souvenir de la journée

et

–       l’efficacité : les collaborateurs ont grandi en prévention, ils retiennent des messages forts et mettent en place des actions après l’événement.

Souvent, nous avons un déséquilibre fort qui conduit :

soit à

–       la journée que nous appelons « ouaf ouaf », c’est-à-dire la journée qui est plus axée sur la forme que le fond, où le jeu est très présent mais sans véritable objectif pédagogique. Nous voyons parfois des entreprises mettre de gros budgets sur ce type de journée ;

soit à

–       la journée trop « sérieuse » où nous avons de très longs moments de « conférences », beaucoup de rappels, de messages descendants.

Piège n °3 : Une journée marathon

Beaucoup de préventeurs souhaitent être exhaustifs sur ce type d’événements. Nous obtenons donc des journées sécurité avec 5-6 voire 7 thèmes différents avec des ateliers de moins de 20mn.

Les collaborateurs vont alors devoir « digérer » 7 messages/sujets différents dans un moment court. Malheureusement, ils ne retiendront que très peu d’éléments.

Nous préconisons de choisir au maximum 4 thèmes pour une journée sécurité. De la même façon, nous conseillons de ne pas réaliser d’ateliers de moins de 35mn. L’idéal étant de réaliser des ateliers de 45mn à 1h. Quand les formats d’ateliers sont trop courts, les collaborateurs passent d’atelier en atelier sans avoir le temps de s’imprégner du sujet et de l’approche.

Organiser une journée sécurité prend du temps pour le préventeur et représente un coût important pour l’entreprise (budget de la journée + budget lié à la mobilisation du personnel). Nos clients nous disent très souvent qu’en travaillant ensemble sur une journée, ils gagnent du temps (évidemment), des résultats sur l’efficacité de la journée et aussi une optimisation du budget grâce à nos expériences et à notre large gamme.

Nous vous proposons de découvrir l’expérience des journées sécurité de deux clients

L’expérience de Veolia Eau

L’expérience de Vinci Énergies

2018-10-10T16:47:28+00:00